Serait-ce une violation de la liberté d’expression d’interdire les fausses informations biaisées?

Qui interdit les «fausses» nouvelles? Il y a une différence entre interdire le discours du gouvernement et un acteur privé comme Facebook. Gardez à l’esprit que le premier amendement n’a pas préséance sur d’autres dispositions de la Constitution américaine. Les tribunaux sont tenus de trouver un équilibre entre les intérêts concurrents de la Constitution, tels que l’équilibre entre les intérêts du premier amendement pour couvrir une affaire pénale et l’intérêt du sixième amendement d’assurer une partie à un jury impartial, par exemple, le droit à un procès équitable. En termes de discours commercial, les gouvernements étatiques et fédéraux sont libres d’empêcher la diffusion de discours commerciaux qui sont faux, trompeurs ou trompeurs, voir Friedman c. Rogers , 440 US 1 (1979), ou qui propose une transaction illégale, voir Pittsburgh Press Co. c. Human Relations Comm’n , 413 US 376 (1973). Bien sûr, ces limitations visent la publicité et d’autres discours commerciaux, mais je ne vois pas pourquoi la fabrication intentionnelle de fausses nouvelles informations devrait avoir droit à une protection différente. Sinon, nous serions tous libres de nous frauder et de nous diffamer, ou de créer une nuisance qui pourrait nuire physiquement aux autres en toute impunité.

Aux États-Unis, il semble que cette question ait reçu une réponse dans la décision de la Cour suprême de 1919 dans l’affaire Schenck c. États-Unis. La Cour a décidé à l’unanimité que le premier amendement protège la liberté d’expression, mais ne protège pas les discours dangereux. C’est le fameux “feu” qui crie faussement dans une salle de théâtre bondée.

Il semblerait que la censure de fausses nouvelles ou de fausses informations ne constituerait pas une violation de la liberté d’expression si elle peut raisonnablement être considérée comme dangereuse.

Maintenant, la question est; quelles nouvelles biaisées ou fausses sont dangereuses?

Oui. Pour que la parole soit vraiment libre, vous devez tout autoriser.

C’est de la censure, même si c’est compréhensible de nos jours. La question à se poser est qui est l’arbitre de ce qui est faux ou pas?